Rechercher un bien immobilier

Assurance emprunteur : comment le questionnaire de santé va évoluer dans les années à venir ?

Mise en ligne le 17/10/2019 à 14:49

Assurance emprunteur : comment le questionnaire de santé va évoluer dans les années à venir ?

Lors d’un processus de crédit immobilier, il existe une étape qu’il est impossible d’éviter : la souscription de l’assurance emprunteur. Or cette étape inclut obligatoirement le remplissage d’un questionnaire de santé qui détermine le taux assurance emprunteur qui sera appliqué. Aujourd’hui, avec les taux crédits immobiliers à des niveaux plus que bas, le coût de l’assurance emprunteur représente parfois jusqu’à 50% du coût du crédit. Le taux de l’assurance revêt donc un caractère majeur. Les personnes de plus de 40 ans, qui fument ou sont atteintes de maladies chroniques sont contraintes de payer des cotisations d’assurance très élevées. Or ce système d’exclusion commence à entrevoir ses limites. Même s’il s’agit d’une sélection sur le profil des emprunteurs, le risque de sinistralité serait bien plus élevé pour les banques si cette sélection n’existait pas. Cela engendrerait alors une hausse des prix de l’assurance de prêt pour les emprunteurs.

L’essor des offres d’assurances personnalisées a dans le même temps, provoqué un allongement des questionnaires de santé, les risques n’étant plus aussi mutualisés que par le passé. Pour rendre cette étape plus rapide et moins contraignante, de nombreux assureurs ont essayé de réinventer le parcours de souscription grâce à une digitalisation complète. Les questions médicales ont donc été allégées pour la majorité des emprunteurs, sauf ceux présentant des cas spécifiques.

Dans les années à venir, les assureurs devraient modifier peu à peu les questionnaires de santé. En effet la prise en compte du style de vie et des habitudes de chacun sera plus poussée. Ces facteurs influent fortement sur les risques protégés par l’ assurance emprunteur.

L’arrivée de la big data pour l’assurance de prêt pourrait totalement repenser la manière d’assurer les emprunteurs. L’objectif serait alors de récompenser les assurés qui possèdent de bonnes habitudes de vie (les sportifs) et leur permettre de diminuer le coût de leur primes d’assurances en fonction des risques auxquels ils sont confrontés.