Rechercher un bien immobilier

3 ans après la loi Hamon : le bilan

Mise en ligne le 27/06/2017 à 14:05

3 ans après la loi Hamon : le bilan

Le 1er Juillet, la loi Hamon, qui a permis l’ouverture du marché de l’assurance emprunteur à la concurrence, fêtera ses 3 ans. Dans le prolongement de la loi Lagarde de 2010, la loi Hamon 2014 a pour objectif de faciliter la résiliation des contrats d’assurance emprunteur. Ainsi, depuis le 1er Juillet 2014, les acquéreurs ont la possibilité de résilier leur contrat d’assurance dans les 12 mois suivant la signature. 

L’adoption de cette loi est lente. En 2016, seuls 16% des assurés ont fait jouer la concurrence. Ce faible chiffre résulte d’une crainte des emprunteurs de devoir rendre de compte à leur banque respective mais surtout de recommencer des démarches administratives alors que leur prêt immobilier vient tout juste d’être signé. 

Le dynamisme du marché de l’immobilier s’explique par les taux crédit immobilier relativement faibles depuis Novembre 2016. Lorsque l’on contracte un crédit à un taux faible et qu’à côté le taux de l’assurance est élevée, cela soulève la nécessité de comparer les offres. De plus, pour faciliter la mise en concurrence, les assurances ont fait preuve d’une plus grande transparence avec un effort fait au niveau de la communication. 

Changer d’assurance emprunteur a permis aux acquéreurs d’économiser parfois jusqu’à 16 000€ : un couple de 43 ans en CDI (l’un cadre, l’autre non-cadre) emprunte 200 000€ sur 20 ans à 1.5%, le taux d’assurance proposé par l’organisme prêteur s’élève à 0.38%. En passant par une délégation d’assurance et en résiliant son contrat, le couple pourra obtenir un taux d’assurance de 0.178%.