Rechercher un bien immobilier

Assurance emprunteur : les banques veulent empêcher l'ouverture du marché

Mise en ligne le 18/10/2017 à 06:57

Assurance emprunteur : les banques veulent empêcher l'ouverture du marché

Le 6 octobre dernier, la Fédération Bancaire Française (FBF) a décidé de saisir le Conseil Constitutionnel de la  question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur la possibilité de résiliation annuelle de l'assurance emprunteur. Celui-ci a désormais trois mois pour trancher. 

Les banques souhaitent empêcher l'ouverture du marché de l'assurance de prêt prévue au 1er janvier 2018. Cette loi permet aux emprunteurs de changer d'assurance de crédit immobilier tous les ans.

Sur le plan juridique, la FBF attaque la rétroactivité de la loi car elle offre la possibilité de résilier les contrats d'assurance emprunteur déjà existants. Sur le fond, les banques aimeraient retoquer complètement les mesures adoptées en 2017 et souhaitent rester à la loi Hamon de 2014. Qui a eu peu d'effet car les banques freinent des quatre fers sur la délégation (15 % du marché) !

Le contrat groupe des banques est très bon sur les clients âgés de plus de 45 ans mais 2 à 3 fois plus chère pour les 20 ans à 30 ans. L'intérêt d'un contrat individuel est de permettre à un emprunteur plus jeune d'être moins endetté dans le début de sa vie immobilière qui va durer en moyenne 7 ans (durée moyenne avant revente d'un bien immobilier). Dans tous les cas, la banque sera à un moment donnée de la vie de son client bien présente avec son contrat assurance emprunteur groupe.

La banque va devoir sortir de la vision produit et bénéfice pour proposer une approche cliente et moment de vie !