Rechercher un bien immobilier

Assurance emprunteur : pour en changer, sortez les griffes !

Mise en ligne le 29/02/2016 à 08:47

Assurance emprunteur : pour en changer, sortez les griffes !

Afin de réaliser son rêve de devenir propriétaire, les acquéreurs d’un bien immobilier souscrivent un prêt immobilier, celui-ci est assorti systématiquement d’une assurance emprunteur (DIIT : décès, invalidité, incapacité de travail), demandée par la banque. Cette assurance emprunteur sert à couvrir les échéances ou le reliquat du prêt immobilier à la place d’un emprunteur en cas de sinistre.

Dans la plupart des cas, c’est le contrat groupe de la banque qui est intégré à l'offre de crédit immobilier, c’est-à-dire celui proposé par sa filiale d’assurance. Nombre d’emprunteurs ne savent pas qu’ils ont le droit de s’assurer en direct auprès d’un assureur de leur choix, grâce à un contrat individuel.

Actuellement, c'est à peine 20 % d’entre eux qui profitent de ce mécanisme de la délégation. Dommage, car les moins de 40 ans, non-fumeur et ne pratiquant pas d’activités à risque, y ont intérêt. A la clé : une économie pouvant aller jusqu'à 70% du cout du contrat, soit plusieurs milliers d’euros. « La différence de coût entre une assurance emprunteur individuelle et groupe peut varier du simple au triple pour un même profil », souligne Jacques Larrat, directeur développement de Le-Partenaire.fr

Depuis la loi Lagarde 2010, qui oblige les banques à accepter la délégation, à condition que les garanties du contrat individuel soient similaires à celles du contrat groupe. Ainsi que la loi Hamon, adoptée en mars 2014, impose à tous les établissements financiers de fournir à leurs clients emprunteurs, et depuis le 1er octobre 2015, une fiche standardisée d’information (FSI).

Chaque établissement de crédit met au point sa propre FSI (fiche standardisée d’information) en choisissant dans une liste onze critères minimaux de couverture pour les garanties obligatoires (décès et invalidité) et quatre critères pour les garanties facultatives.

Dans la  fiche standardisée d’information on retrouve aussi :

  • Les critères de couverture pour l’invalidité permanente totale (IPT) ou partielle (IPP),
  • Le tarif de l’assurance emprunteur,
  • Le coût mensuel,
  • Le coût total selon la durée du prêt et le taux annuel effectif de l’assurance (TAEA).

Donc avec une FSI, rien de plus simple pour sélectionner une assurance à un cout raisonnable.

Pourtant, malgré la loi, beaucoup de banques oublient de communiquer spontanément leur FSI.
Donc les emprunteurs qui obtiennent un taux intéressant auprès de leur banque, avec une assurance emprunteur onéreuse, peuvent avoir intérêt à signer leur contrat. Ensuite, ils auront douze mois pour faire le tour de la concurrence et trouver une assurance emprunteur moins cher.

Afin de vous accompagner au mieux dans votre démarche de souscription d'une assurance emprunteur ou de réaliser une délégation, Le-Partenaire.fr reste à votre disposition pour y souscrire avec une économie pouvant aller jusqu'à 70%.