Rechercher un bien immobilier

Assurance emprunteur : pour quelles raisons son coût augmente-t-il ?

Mise en ligne le 13/10/2018 à 09:18

Assurance emprunteur : pour quelles raisons son coût augmente-t-il ?

Si vous avez pris contact avec votre banque pour l’obtention d’un prêt immobilier, cette dernière vous a certainement parlé de la souscription d’une assurance emprunteur. Cette couverture n’est pas obligatoire, pourtant les banques l’exigent systématiquement lorsqu’il s’agit de délivrer un prêt immobilier à un emprunteur.

L’achat d’un bien immobilier implique la mobilisation d’un capital conséquent, que les banques entendent récupérer dans sa totalité en fin de prêt. Toutefois, il est impossible de prédire de quoi sera fait l’avenir de l'emprunteur, et les événements qui pourraient ne plus lui permettre de rembourser son crédit immobilier.

Avant de valider un emprunt, les banques étudient dans un premier temps les risques liés aux emprunteurs : revenus, capacité d’emprunt, emploi, tenue des comptes, etc. Pour minimiser encore les risques, les établissements bancaires requiert également une assurance de prêt. Elle a pour but de couvrir les éventuelles invalidités, incapacités, pertes d’emploi ou encore les décès de leurs emprunteurs. Cette assurance permet donc à la banque de recouvrir son prêt, et à l’emprunteur de se prémunir contre les soucis financiers que peuvent impliquer le non remboursement d’un emprunt.

Le coût d’une assurance emprunteur est donc défini en fonction de chaque emprunteur. La plupart du temps, son tarif est calculé sur la base du capital emprunté, et ne varie pas jusqu’à la fin du contrat. Néanmoins, certains « facteurs de risque » aux yeux des banques, peuvent venir alourdir la note, et ce parfois, de façon conséquente.

L’âge de l’emprunteur est le premier facteur à influer le plus sur le coût d’une assurance emprunteur. D’après les assureurs, plus on avance dans l’âge plus les risques de santé sont élevés, ainsi que leurs risques de non-remboursement en conséquence. Dans la majorité des cas, les banques acceptent  d’assurer un emprunteur jusqu’à l’âge de 65 ans.

Vous l’aurez compris, les problèmes de santé (Cancer, diabète, maladie grave, etc.) impliquent eux aussi une surprime d’assurance emprunteur. Il arrive même parfois que la banque refuse de couvrir le futur acquéreur victime de problèmes de santé. La convention AERAS est alors une alternative permettant d’obtenir une couverture pour son prêt immobilier, et rend possible une prise en charge en cas de défaut de l’emprunteur.

Enfin, certaines pratiques sont également synonymes d’augmentation de tarif d’une assurance emprunteur. Les personnes pratiquant des sports et professions à risques, se verront donc appliquer une surprime sur leur tarif, le faisant grimper parfois à des sommets.

Pour tous les emprunteurs et futurs emprunteurs se voyant appliquer une hausse du coût de leur assurance, ou ayant dû faire face à un refus de la banque de les assurer, une solution existe : la délégation d’assurance emprunteur. Elle permet d’obtenir des garanties adaptées à leurs profils, et donc un tarif personnalisé souvent très intéressant. Les assurances individuelles prennent en effet en compte le profil de l’emprunteur en détail, afin de lui proposer un contrat personnalisé.