Rechercher un bien immobilier

Assurance emprunteur : quel contrat choisir ?

Mise en ligne le 10/07/2019 à 14:56

Assurance emprunteur : quel contrat choisir ?

Lorsqu’une personne contracte un crédit immobilier auprès de la banque, celle-ci lui impose généralement une garantie qui se présente sous forme d’une assurance emprunteur. Ainsi, l’emprunteur a le droit de choisir entre deux types de contrats d’assurances : un contrat de groupe ou un contrat individuel.

En effet, le contrat de groupe est un contrat proposé par la banque, son plus gros avantage réside sur la simplicité de ses démarches administratives, cependant, il présente des inconvénients comme de faibles garanties puisque celui-ci repose sur la mutualisation des risques.

Le contrat individuel quant à lui, ne repose pas sur la mutualisation des risques, il est plus personnalisé et ses garanties sont adaptées au profil de l’assuré. Par ailleurs, ce type de contrat présente de nombreux avantages notamment par rapport aux économies que l’assuré pourrait réaliser.

En outre, ce que plusieurs personnes ignorent, c’est que l’emprunteur n’est en aucun cas obligé de souscrire son assurance emprunteur chez sa banque grâce au lois Lagarde, Hamon et l’amendement Bourquin.

          Quel est l’intérêt d’une assurance emprunteur ?

L’assurance emprunteur a pour but de protéger l’établissement prêteur après avoir octroyer un crédit immobilier à un client, contre les aléas qui peuvent survenir comme un chômage imprévu, un problème de santé, ou carrément un décès. Quand l’emprunteur devient incapable de rembourser la banque, l’assurance s’en charge entièrement ou partiellement, selon ce qui est préalablement accordé dans le contrat.

Ainsi, l’assureur conserve l’intégralité des cotisations même si l’emprunteur a remboursé tout son emprunt.

Enfin, l’assurance emprunteur propose des garanties obligatoires et d’autres secondaires, le PTIA ; « décès et perte totale et irréversible d’autonomie » est une garantie obligatoire. D’autres garanties sont souvent exigées par les banques, comme l’ITT, ou IPT, respectivement, « l’incapacité temporaire totale de travail » et « l’invalidité permanente et totale ».