Rechercher un bien immobilier

Assurance habitation : nos conseils pour assurer son logement loué pour la saison

Mise en ligne le 07/02/2020 à 09:00

Assurance habitation : nos conseils pour assurer son logement loué pour la saison

Nombreux sont les Français à posséder une résidence secondaire qu’ils louent lorsqu’ils ne l’occupent pas. D’autres ont fait le choix d’investir dans un bien immobilier de tourisme exclusivement dédié à la location saisonnière. Mais connaissez-vous précisément les démarches pour assurer votre bien ?

Sachez tout d’abord que souscrire une assurance habitation pour un logement qui est voué à être loué pour les saisons n’est pas obligatoire ni pour le locataire ni pour le propriétaire. Vous êtes considéré comme propriétaire non-occupant. Le locataire saisonnier n’est pas non plus contraint de souscrire une assurance pour la semaine où il va occuper le logement. En cas de sinistre c’est toutefois à vous, propriétaire de financer les réparations, que le locataire soit responsable ou non. Il peut ainsi s’agir d’un dégât des eaux à la suite d’une fuite ou d’une dégradation causée par le locataire. Souscrire une assurance propriétaire non-occupant est donc très vivement conseillée.

Vous avez également la possibilité d’imposer la souscription d’une assurance à votre locataire. Mais celle-ci doit être indiquée dans le contrat de location. Si au sein de votre contrat de multirisque habitation, vous disposez de la garantie « villégiature », votre locataire sera protégé automatiquement. Il est alors inutile de lui faire souscrire une assurance supplémentaire pour qu’il se protège pendant la durée de la location.

Il se peut également qu’à travers votre contrat d’assurance multirisque habitation, vous puissiez joindre le logement loué pour la saison. Si votre contrat comprend la garantie recours des voisins et des tiers, vous et votre locataire serez protégés. Qu’il s’agisse d’un dégât des eaux ou de votre responsabilité civile envers les tiers.

Dans le cas où votre contrat de MRH comprend une clause « abandon de recours », ou « renonciation à un recours », seul votre locataire sera couvert. Concrètement cela signifie que si un dommage est causé à un tiers pendant la location, c’est la responsabilité civile du locataire qui est engagée.