Rechercher un bien immobilier

Changer d’assurance emprunteur en 2018

Mise en ligne le 30/03/2018 à 10:10

Changer d’assurance emprunteur en 2018

Lors de la souscription d'un prêt immobilier, l'établissement de crédits demande des garanties en prévention de risques liés à un décès, une invalidité, une incapacité ou encore une perte d'emploi. Dès lors l'emprunteur souscrit une assurance emprunteur. Mais est-ce obligatoire de la souscrire dans la banque ? Peut-on en changer en cours de crédit ?

Depuis la loi Hamon du 17 mars 2014 relative à la consommation, il est possible de changer d'assurance de prêt lors de la première année de son crédit immobilier.

Entré en vigueur en janvier 2018, l'amendement Bourquin propose aux Français de pouvoir résilier et changer leur assurance emprunteur annuellement afin d'obtenir le meilleur tarif en vigueur.

Cette nouvelle possibilité pousse aujourd'hui les emprunteurs à comparer de plus en plus les offres d'assurance de prêt. La concurrence entre les banques et les organismes d'assurance est rude, les offres se multiplient et permettent aux Français d'accéder à des conditions financières avantageuses mais aussi à des garanties très avantageuses.

On constate généralement une économie de 30 à 70 % sur le montant de la prime mensuelle. Rapportée au nombre d'années restantes sur un prêt immobilier, l'économie réalisée peut vite atteindre plusieurs milliers d'euros. 

Le marché de l'assurance emprunteur offre une multitude de contrats. Les Français comparent, à la recherche de meilleures garanties, plus couvrantes et moins chères. Il est donc recommandé, avant de s'engager dans cette démarche, de commencer à se renseigner 4 à 5 mois avant la date anniversaire de son contrat actuel. Pour cela, il suffit de réaliser une simulation assurance emprunteur.

Dès que le recommandé est envoyé à la banque, elle doit signifier son accord ou son refus dans un délai de 10 jours ouvrés à compter de la réception de la demande. Si ce délai n'est pas respecté, elle s'expose à une amende administrative de 3 000 €. Si la banque n'accepte pas la substitution, celle-ci a l'obligation de motiver son refus.

Afin de faciliter la délégation de son assurance de prêt, l'emprunteur doit bien se renseigner en amont afin d'être sûr que le nouveau contrat répond bien aux exigences de la banque. Et il peut faire appel à un courtier qui va se baser sur les critères du  Comité consultatif du secteur financier (CCSF).