Rechercher un bien immobilier

Cotisations d’assurance habitation : en hausse sur 2019 et des différences entre les régions

Mise en ligne le 09/01/2020 à 15:51

Cotisations d’assurance habitation : en hausse sur 2019 et des différences entre les régions

La cotisation moyenne d’assurance habitation des Français en 2019 a atteint 175 euros. Le tarif d’une MRH prend en compte de nombreux critères comme le statut de l’occupant (propriétaire ou locataire) la typologie du logement (appartement ou maison), ses caractéristiques (rez-de-chaussée, dépendance, jardin…), des garanties comprises dans le contrat mais surtout, un contrat d’assurance habitation varie selon le lieu d’habitation.

C’est pour cette raison qu’on observe de très fortes disparités selon les régions. Ainsi, entre la Provence-Alpes-Côte-d’Azur qui enregistre le montant moyen le plus cher (190 euros par an) et la Bretagne qui présente le tarif moyen le moins élevé (142 euros), on note une différence de 34%.

Pourquoi les régions impactent-elles autant le prix de l’assurance habitation ?

C’est la probabilité du risque qui influe sur le montant des cotisations. Le risque pour un assureur peut regrouper différents éléments comme les catastrophes naturelles ou les cambriolages. Or, dans certaines régions comme la PACA, ces risques sont bien plus élevés qu’ailleurs. La région a en effet été durement touchée ces dernières années par des catastrophes naturelles comme des inondations. De plus, elle enregistre le taux de cambriolage par habitant le plus élevé sur tout le territoire. Voilà qui explique pourquoi la PACA est la région où les cotisations d’assurance habitation sont les plus élevées.

Une hausse des cotisations de 1% prévue pour 2020

En moyenne, les assureurs devraient pour 2020, augmenter leur tarif d’assurance habitation de 1%. Différentes explications expliquent cette hausse. Premièrement, des actes de vandalismes en hausse en 2019, notamment causés par les Gilets Jaunes. Plus de dommages donc plus d’indemnisations à verser par les assureurs. Le second élément pris en compte est le nombre en hausse des catastrophes naturelles survenues en 2019 et qui ont engendré de lourdes conséquences financières.