Rechercher un bien immobilier

Covid-19 : la perte d’emploi d’une assurance emprunteur nécessaire ?

Mise en ligne le 30/04/2021 à 16:54

La perte d’emploi d’une assurance emprunteur, parfois fortement conseillée par les banques

En ce printemps 2021, le crédit immobilier atteint à nouveau les niveaux les plus bas observés en 2019. Les taux continuent de baisser et offrent des conditions réellement avantageuses pour les emprunteurs au meilleur dossier de prêt. 

Pourtant, obtenir son prêt immobilier aujourd’hui n’est pas une mince affaire et ce, malgré un assouplissement des critères d’octroi fin 2020. La crise du Covid-19 fragilise évidemment de nombreux emprunteurs et les banques se montrent très prudentes avant d’accorder un prêt. Ainsi, les dossiers les moins solides sont aujourd’hui exclus du crédit immobilier.  Il s’agit principalement de ceux qui évoluent au sein des secteurs d’activité les plus touchés par la crise financière, à savoir l’hôtellerie, la restauration ou l’évènementiel. 

Pour se prémunir des risques inhérents à l’activité professionnelle de l’emprunteur, nombreuses sont les banques à mettre en avant la garantie perte d’emploi de l’assurance emprunteur. Elles visent évidemment les dossiers les plus fragiles qui ne présentent que trop peu de garanties sur leur situation professionnelle. 

Dans les faits, refuser cette garantie perte d’emploi revient à hypothéquer les chances de l’emprunteur d’obtenir son prêt immobilier. Pourtant, elle n’est pas considérée comme l’une des garanties obligatoires de l’assurance emprunteur, au contraire du décès et de l’invalidité. La garantie perte d’emploi reste optionnelle et la décision revient uniquement à l’emprunteur. 

Qu’est-ce que cette garantie perte d’emploi ?

Cette assurance peut être intégrée au contrat d’assurance de prêt immobilier et a pour objectif d’indemniser l’emprunteur lorsqu’il perd son emploi, sous certaines conditions. Ainsi, lorsque tous les critères sont respectés, c’est cette garantie perte d’emploi qui rembourse totalement ou partiellement la mensualité de prêt. 

Une garantie qui accroit le coût de l’assurance emprunteur

L’assurance emprunteur représente déjà un coût conséquent dans un crédit immobilier. Rajouter en plus la garantie perte d’emploi ne fait que l’augmenter même si elle apporte évidemment une certaine sécurité.  Sur le papier, le prix de cette garantie oscille entre 0,3% et 1% du montant emprunté. 

Mais son prix n’est pas le seul inconvénient. En effet son déclanchement ne s’effectue qu’après un délai de carence de 3 mois le plus souvent et la perte d’emploi ne doit concerner qu’un licenciement économique. Une démission ou une rupture conventionnelle ne permettent pas de déclencher la garantie. Autre critère, le salarié doit être en CDI depuis plus d’un an. 

Conserver l’équivalence de garanties

Dans le cas où l’emprunteur souhaite souscrire un autre contrat d’assurance emprunteur, moins cher, il devra respecter l’équivalence de garanties entre l’ancien et le nouveau contrat. Si la garanties perte d’emploi a été souscrite dans le contrat groupe, elle devra l’être également dans le contrat individuel. C’est donc un frein pour les emprunteurs.