Rechercher un bien immobilier

La délégation d’assurance emprunteur pour faire de belles économies

Mise en ligne le 18/02/2021 à 17:03

Diminuer le coût de votre assurance emprunteur simplement

Aurait-on imaginé un jour devoir payer aussi cher pour assurer son crédit immobilier que pour les intérêts bancaires ? Pour de nombreux ménages la réponse est non. Pourtant, au vu des taux d’intérêts très bas, l’assurance emprunteur peut coûter plus de la moitié du coût total de votre crédit. Si cette dernière apparaît comme une dépense significative, sachez qu’en faisant jouer la concurrence vous pouvez réaliser d’importantes économies.

En ce mois de février 2021, la baisse des taux se poursuit pour atteindre 0,86 % sur 15 ans, 0,97% sur 20 ans et 1,18 % sur 25 ans. Les taux immobiliers atteignent des niveaux records et sont par conséquent très favorables à tous ceux qui souhaitent acheter ou investir dans l'immobilier. Les taux d’intérêts étant bien meilleurs qu’il y a plusieurs années, il semble opportun de renégocier son prêt immobilier aujourd’hui. Cependant, il existe un autre aspect sur lequel vous devez impérativement vous concentrer si vous souhaitez réaliser des économies, l’assurance emprunteur. Celle-ci est indispensable puisqu’elle permet de vous couvrir si vous êtes confronté à un problème de santé vous rendant incapable de rembourser vos mensualités. Cependant, les cotisations de cette dernière peuvent atteindre la moitié du coût total de votre prêt immobilier.

Le montant des intérêts bancaires versés à votre organisme prêteur dépend des revenus des emprunteurs et de la politique monétaire européenne. Le coût de l’assurance du prêt immobilier n’est pas fixé de la même façon et n’est en aucun cas corrélé au taux d’intérêt. Son prix va dépendre premièrement de l’état de santé de l’emprunteur, mais aussi de l’établissement vers lequel vous vous dirigez. A noter que plus les taux d’intérêts sont bas, plus la part de l’assurance dans le coût total du prêt immobilier sera importante.

La concurrence, la solution pour faire des économies sur l’assurance emprunteur

Le meilleur moyen pour réaliser plusieurs milliers d’euros d’économie sur une assurance emprunteur est bien évidemment de faire jouer la concurrence. Depuis 2010 et la Loi Lagarde qui a été la pionnière pour libéraliser le marché de l’assurance de prêt immobilier, une multitude d’acteurs se sont implantés sur le marché. Jugé comme très lucratif, il était détenu à près de 90% par les banques. Le nombre croissant d’organismes d’assurance est donc une aubaine pour l’emprunteur puisque la forte concurrence tire les prix vers le bas. Il convient alors de multiplier les démarches auprès de différents organismes pour comparer les offres et trouver celle proposant les meilleures garanties et au meilleur prix.

Si cette solution peut prendre du temps, le résultat est bien souvent au rendez-vous. Mais il est vrai que de nombreux emprunteurs ne sont pas prêts à s’investir autant et l’accompagnement d’un courtier représente une réelle opportunité de gagner du temps et bien sûr de l’argent. Ce sont plusieurs milliers d’euros qui peuvent être économisés grâce à un courtier. 

Quelles lois ont libéralisé le marché de l’assurance emprunteur ? 

Comme précédemment évoqué, la loi Lagarde fut la première à permettre aux emprunteurs d’un crédit immobilier d’opter pour un contrat autre que celui de la banque. La condition à respecter est alors de souscrire un contrat dont les garanties sont équivalentes à celle du contrat de la banque. 

Cinq ans plus tard, c’est la loi Hamon qui a fait son apparition. Elle permet à un emprunteur de changer son contrat d’assurance crédit pour un autre uniquement dans les douze mois après la signature de l’offre de prêt immobilier. C’est donc une souplesse supplémentaire pour les emprunteurs. Logiquement l’équivalence de garanties est aussi valable pour la loi Hamon. 

Enfin, en 2018 c’est l’amendement Bourquin qui a été voté et qui offre la possibilité à un emprunteur de changer son contrat d’assurance crédit tous les ans à la date d’anniversaire du contrat. 

Malgré toutes ces lois et les avantages qu’elles procurent aux emprunteurs, les banques restent largement majoritaires sur le marché de l’assurance emprunteur.