Rechercher un bien immobilier

Pourquoi remplir un questionnaire de santé avec votre assurance emprunteur ?

Mise en ligne le 18/01/2021 à 16:57

Questionnaire santé et assurance emprunteur : pourquoi ?

Lors de la souscription de votre assurance emprunteur, il vous sera demandé de remplir un questionnaire de santé afin que votre assureur puisse évaluer les risques. 

Quel lien entre l’assurance emprunteur et votre santé ? 

Lorsque vous souscrivez une assurance emprunteur, vous serez dans l’obligation de remplir un questionnaire de santé. En effet, il y a un lien direct entre le montant de votre assurance et votre état de santé puisque l’organisme qui vous assurera aura besoin d’évaluer les risques quant à la possibilité de non-remboursement de votre crédit immobilier. Le montant de votre assurance emprunteur et donc de votre prêt final sera directement corrélé à l’évaluation des risques, de maladie ou de décès par exemple, faite par votre assureur. C’est le questionnaire de santé qui va permettre cette évaluation. Il est donc important de ne pas négliger vos réponses à ce questionnaire, qui peuvent entraîner une hausse de votre prêt immobilier, ou à l’inverse réduire fortement ce montant si vous oubliez ou camouflez certains antécédents médicaux. 

Quels impacts sur votre assurance emprunteur ? 

Plusieurs questions vous seront posées lors de ce questionnaire médical, de la simple allergie aux opérations, les questions portent sur de longues périodes s’étalant jusqu’à une dizaine d’années. L’organisme et le personnel médical qui recevront votre questionnaire sont soumis au secret médical. Ainsi, les déclarations effectuées resteront strictement confidentielles et serviront uniquement à la souscription de votre assurance emprunteur. L’impact principal du questionnaire santé est que celui-ci va permettre à l’assureur de proposer différentes offres de tarification en fonction de votre profil et du risque qu’il représente. Cependant, celui-ci est également en droit d’estimer votre couverture comme trop risquée et de refuser de vous couvrir. Il peut également décider de ne pas couvrir une affection spécifique, ou choisir de vous couvrir en majorant le montant de votre contrat pour couvrir le risque qu’il estime plus élevé. Enfin, l’assureur est également en droit, s’il estime que votre déclaration n’est pas suffisante, de vous réclamer des examens complémentaires. 

Remplir votre questionnaire santé 

Il peut être fortement tentant de minimiser ou d’omettre certains éléments de votre état de santé, actuel ou passé. Cependant, même si celui-ci va faire varier le coût de votre assurance emprunteur, il est vivement déconseillé de le faire. En effet, si jamais vous vous retrouvez face à une situation de maladie ou à tout événement lié à votre santé, votre assureur analysera automatiquement vos déclarations. Ainsi, s’il se rend compte que vous aviez menti, minimisé ou omis certains éléments, celui-ci risque de décider de réduire le montant de vos indemnisations, voire de les supprimer. Soyez donc honnête et sincère lors de la déclaration de votre état de santé. Prenez le temps de le remplir afin de n’oublier aucun point important. En revanche, certains éléments tels que les opérations classiques, les dents de sagesse, la contraception, ou les cancers de plus de 10 ans, en raison du droit à l’oubli, ne sont pas à déclarer dans votre questionnaire de santé. 

Les questions les plus courantes 

Certaines interrogations quant aux questions posées, sur une opération, une affection de longue durée ou sur le fait d’être fumeur, reviennent souvent. Ainsi, si vous avez subi une opération, répondez simplement oui. Afin d’analyser au mieux le risque, l’assureur peut également vous réclamer un compte-rendu opératoire. Il se peut également que vous bénéficiez du droit à l’oubli selon la nature de l’opération. En ce qui concerne, les affections longue durée (ADL), le risque pour vous est de vous voir exclu ou de subir des surprimes. Prenez le temps de contacter un courtier ou de comparer en ligne la meilleure assurance possible selon votre situation. Enfin, en ce qui concerne le fait d’être fumeur ou non, cet élément va faire varier le prix de votre assurance emprunteur puisqu’être fumeur augmente le risque de contracter une maladie. Afin de se déclarer non fumeur, il faut soit ne jamais avoir fumé de sa vie, soit ne plus fumer depuis 24 mois, sans que cet arrêt n’ait été induit par une demande du corps médical. Si vous avez été fumeur mais que vous ne l’êtes plus, vous pouvez faire une demande auprès de votre assureur afin que votre statut passe à celui de « non fumeur ». A cette demande vous devrez joindre une attestation sur l’honneur, une motion de reconsidération de votre taux d’emprunt ainsi que les résultats d’un test de nicotine.