Rechercher un bien immobilier

Quelles solutions complémentaires à l’assurance emprunteur ?

Mise en ligne le 06/07/2020 à 17:00

Quelles solutions complémentaires à l’assurance emprunteur ?

Comme vous le savez, lorsqu’une banque accorde un prêt immobilier elle supporte le risque de ne pas se faire rembourser. Afin de se protéger et de vous accorder le crédit elle impose à l’emprunteur de souscrire une assurance emprunteur.

Face aux multiples causes de défaillance de paiement des mensualités il est important de se demander si l’assurance emprunteur couvre suffisamment tous ces risques. Cette assurance se charge de payer les mensualités dues, en cas de décès, d’invalidité ou de chômage, mais quand est-il des autres motifs ?

La garantie prêt y répond en étalant sa couverture sur tous les autres risques, sous la forme d’une hypothèque ou d’une caution bancaire.
Qu’est-ce qu’une hypothèque ?

En recourant à cette garantie l’emprunteur met en hypothèque son habitation afin de pallier un défaut de paiement des mensualités de son prêt immobilier. En cas d’impayé, la banque peut saisir le logement pour rembourser le crédit avec sa mise en vente. Sur ce principe, l’habitation appartiendra à l’emprunteur uniquement lorsqu’il aura remboursé l'intégralité de son prêt immobilier.

Cet acte notarié n’est pas gratuit, il coûte environ 2% du montant du prêt et des frais de mainlevée d’hypothèque peuvent s’ajouter, si l’emprunteur décide de vendre le bien avant la fin du crédit.

La caution, une alternative ?

L’hypothèque étant assez contraignante, les établissements bancaires ont mis à disposition une alternative en créant la caution. Il ne s’agit pas ici d’un acte notarié, mais de la participation d’un troisième acteur, un organisme financier, comme garant de l’emprunteur. Cet organisme supporte le risque de non-paiement en s’engageant à payer la dette grâce à un fond de garantie approvisionné par tous ses clients. Une fois le remboursement du prêt terminé, l’emprunteur se voit remboursé de ses frais de cautionnement, partiellement ou en totalité. Seul inconvénient, le montant qui lui sera remboursé est fixe, il n’est pas recalculé en fonction de l’évolution du coût de la vie.