Particuliers | Professionnels

Crédit consommation : le crédit renouvelable reprend des couleurs

Mise en ligne le 08/01/2019 à 15:57
Crédit consommation : le crédit renouvelable reprend des couleurs

Depuis plusieurs années, les crédits renouvelables peinent à trouver preneur. Très répandu il y a quelques années, ce type de crédit consommation a suscité de nombreuses critiques de la part d’associations de consommateurs de par son rôle dans le surendettement des ménages. Le crédit revolving, comme on l’appelle également, a donc été délaissé ces derniers temps, mais a connu, selon la Banque de France, un regain de croissance en 2018.

Pour rappel, le crédit renouvelable consiste à mettre à disposition de l’emprunteur une somme d’argent qu’il pourra utiliser comme il l’entend, partiellement ou totalement, et qui se reconstitue au fur et à mesure de ses remboursements. La somme de l’emprunt est donc réutilisable lorsqu’elle est remboursée. Le principal attrait de ce crédit consommation réside dans la rapidité d’allocation des fonds, seulement 48h en général. Les emprunteurs ayant un besoin de trésorerie rapide pour faire face à un imprévu ou ayant besoin de régler des achats de petits montants y ont souvent recours.

Au 3ème trimestre 2008, dix années en arrière, le crédit revolving pesait pour 31,7 milliards d’euros dans le volume des crédits consommation en cours. Au 3ème trimestre 2018, l’encours de ce crédit s’élevait à 19 milliards d’euros, soit une différence de 12,7 milliards d’euros. La cause de cette forte diminution ? La modification de la réglementation de crédits consommation, avec l’adoption des lois Lagarde et Hamon en 2010 et 2014 respectivement. Ces deux lois, ont participé l’une et l’autre à durcir le marché du crédit consommation, afin de protéger les consommateurs du surendettement.

Pour autant, le crédit renouvelable est sur la pente montante puisqu’il connait une croissance positive de +1,9 % depuis la fin de l’année 2018. Reste désormais à savoir si ce regain d’activité va perdurer en 2019 et retrouver son niveau des années 2000.

Le marché du crédit consommation, lui, se porte toujours aussi bien depuis 2017, même si les crédits auto, LOA et LLD pèsent moins dans la balance. Au total, l’encours des crédits consommation s’élève à plus de 170 milliards d’euros à la fin de l’année 2018.