Particuliers | Professionnels

Crédit immobilier : comment fonctionnent les prêts in fine ?

Mise en ligne le 26/04/2019 à 09:56
Crédit immobilier : comment fonctionnent les prêts in fine ?

Vous souhaitez souscrire un prêt immobilier et rembourser la totalité du capital à son échéance ? Sachez qu’avec le crédit in fine il est possible de ne payer que les intérêts pendant la durée de celui-ci et rembourser le montant emprunté en une seule fois à la fin. Cette opération est toutefois réservée à des investisseurs confirmés.
 
Rappelons que dans le cas d’un prêt classique, l’emprunteur paye tous les mois une mensualité constitué par une part de capital ainsi que d’intérêts. Or, si vous optez pour un crédit in fine vous ne paierez que les intérêts pendant sa durée avant de rembourser le capital emprunté à son échéance.
 
            Qui peut prétendre à un crédit in fine ?
 
Ce type de prêt est souvent souscrit par des personnes souhaitant effectuer un investissement locatif puisqu’il permet de bénéficier d’une fiscalité favorable. En effet, si vous déclarez les loyers perçus dans le cadre du régime réel, vous pourrez déduire les intérêts de vos revenus fonciers.
 
Toutefois, les établissements bancaires sont plutôt réticents à accorder ce type de prêt. Ils le réservent donc aux emprunteurs ayant une bonne solvabilité et un patrimoine important, et dont ils sont certains qu’ils pourront procéder au remboursement à l’échéance.
 
            Quelles formalités sont appliquées lors de la souscription ?
 
Afin de limiter les risques au maximum, les organismes prêteurs demandent souvent aux emprunteurs de souscrire une assurance-vie. Grâce à celle-ci, l’emprunteur percevra des versements mensuels lui permettant de reconstituer le capital emprunté et des sommes pourront même être bloquées sur un compte destiné au remboursement du prêt.
 
Par ailleurs, la banque demande de contracter une assurance invalidité-décès spécifique qui remboursera la totalité du capital en cas de décès de l’emprunteur.
 
Enfin, veillez à bien négocier le taux de votre prêt immobilier puisque les établissements bancaires ont tendance à augmenter le taux pour ce type de prêts. En effet, il peut y avoir des écarts d’un point en comparaison avec un crédit classique, c’est-à-dire amortissable.