Rechercher un bien immobilier

Crédit immobilier : qui sont les bénéficiaires du PTZ ?

Mise en ligne le 22/08/2019 à 09:53

Crédit immobilier : qui sont les bénéficiaires du PTZ ?

Le prêt à taux zéro (PTZ) est un dispositif qui vise à aider les primo-accédants dans leur achat immobilier. Il s’agit alors d’un prêt immobilier sur 20, 22 ou 25 ans permettant de financer une partie de votre bien immobilier pour laquelle aucun intérêt n’est à verser. Le PTZ ne permet en aucun cas de financer la totalité de l’acquisition. Un prêt immobilier classique vient compléter cet emprunt aidé.

Le PTZ est octroyé selon différents facteurs comme un plafond de ressource, la taille du foyer ainsi que de la situation géographique du bien convoité. Mais quel est le profil des bénéficiaires du PTZ ?

Commençons par clarifier les modalités qui régissent le PTZ et plus particulièrement les zones sur lequel il s’applique. Dans l’immobilier neuf, toutes les zones sont concernées. Néanmoins, uniquement les zones dites tendues (A et B1) offrent la possibilité d’obtenir un PTZ d’un montant de 40% de l’acquisition. Pour les zones B2 et C, le montant du PTZ sera plafonné à 20% de l’acquisition.

Pour l’immobilier ancien, le PTZ s’applique uniquement dans les zones B2 et C.
Le recentrage du PTZ sur ces zones qui a eu lieu en 2018 a fortement impacté le nombre de PTZ demandé et la valeur de ces derniers.

On remarque alors que les bénéficiaires types du PTZ sont employés, célibataires et âgés de 35 ans. 

En effet la très grande majorité des bénéficiaires ont moins de 45 ans (90% au premier trimestre 2019). Si l’on regarde de plus près leur catégorie socio-professionnelle, 35,5% d’entre-eux sont des employés, 22.7% des ouvriers et 22% de professions intermédiaires. Globalement, il s’agit donc de particuliers disposant de revenus moyens.

En ce qui concerne la typologie des logements, ce sont les biens immobiliers neufs qui sont les plus demandés avec près de 75% des opérations. Plus surprenant en revanche, la part des PTZ dans l’ancien augmente (+2.7% entre 2018 et 2019) et ce, malgré leur recentrage.