Particuliers | Professionnels

Crédit immobilier sur 30 ans : avantages et inconvénients

Mise en ligne le 14/03/2019 à 15:59
Crédit immobilier sur 30 ans : avantages et inconvénients

Les taux d’intérêt demeurent à des niveaux historiquement bas, favorisant les conditions de financement alors que la durée des prêts continue de s’allonger. En effet, les établissements bancaires accordent de plus en plus de prêts immobiliers sur 30 ans.
 
            Le prêt sur 30 ans facilite l’accession à la propriété…
 
Les primo-accédants et les ménages modestes ont de quoi se réjouir, l’accord de crédits sur des périodes longues leur permettant de débloquer leur dossier. En effet, suite à la suppression du dispositif APL accession et au recentrage du PTZ dans les zones tendues, leurs chances de d’accéder à la propriété s’étaient vues amoindries. L’élargissement des offres commerciales bancaires représente donc une aubaine pour ces catégories de la population.
 
Obtenir un crédit immobilier n’est pas chose aisée puisque certaines « règles » doivent être respectées, notamment la limite du taux d’endettement à 33% des revenus. Grâce au retour des prêts sur 30 ans, les jeunes acquéreurs et les foyers modestes pourront contourner ce problème. En effet, un prêt plus long implique des mensualités plus faibles car plus étalées dans le temps, ce qui permet de réduire son taux d’endettement lors de la souscription.
 
            …mais présente quelques inconvénients à ne pas négliger  
 
S’il est vrai que les prêts longue durée favorisent la réalisation de projets immobiliers, il convient de noter qu’à la fin le prêt coûtera plus cher qu’un de plus court puisqu’il y a davantage de mensualités et donc d’intérêts à rembourser.
 
L’allongement de la durée de vie a permis la prolongation des prêts au-delà de 25 ans bien que la durée moyenne d’un crédit se situe actuellement autour de 18 ans. D’après les banques, un emprunteur sur 30 ans ne suppose pas de risques majeurs puisque son profil est le même que celui d’un emprunteur sur 25 ans avec une seule différence : le souhait de réduire ses mensualités.
 
Il n’est donc pas étonnant que ces offres attirent de plus en plus de gens. Cependant, cet engagement entraîne des conséquences en cas de revente anticipée du logement puisque l'achat met plusieurs années à devenir rentable. Dans le cas des ménages ne disposant pas d’apport personnel, ce n’est qu’à partir de la sixième année que le remboursement net du bien commence. Des situations telles qu’un déménagement ou un divorce impliquant la revente du bien au cours des cinq premières années coûtent donc très cher aux personnes ayant souscrit l’emprunt.