Rechercher un bien immobilier

La baisse des taux immobiliers entraine-t-elle une hausse du coût de l’assurance emprunteur ?

Mise en ligne le 21/06/2019 à 15:01

La baisse des taux immobiliers entraine-t-elle une hausse du coût de l’assurance emprunteur ?

La baisse des taux immobiliers a entrainé une augmentation de l’importance du coût de l’assurance emprunteur au sein d’une demande de prêt immobilier. De plus, la suppression de l’exonération sur la taxe sur la garantie décès début 2019 a également contribué à la hausse du tarif des contrats d’assurance de prêt.
 
            Une poursuite de la baisse des taux immobiliers
 
Les taux directeurs de la Banque Centrale européenne (BCE) ont atteint 0% en mars 2016. La BCE a alors annoncé que les taux crédits immobiliers connaitraient une baisse jusqu’à fin 2019 mais que celle-ci pourrait se poursuivre aussi longtemps que nécessaire.
Cela implique une diminution de la charge d’intérêts à payer pour l’emprunteur. Cela lui permet d’avoir un reste à vivre plus conséquent en réduisant sa mensualité ou bien d’emprunter une somme plus importante. Il en va de même avec l’assurance emprunteur dont les taux ont diminué depuis l’entrée en vigueur des lois Lagarde, Hamon et l’amendement Bourquin, qui ont favorisé la concurrence. Depuis, des délégations d’assurance ont vu le jour, proposant des contrats individuels et adaptés aux besoins des emprunteurs.
 
            L’assurance emprunteur est indissociable du crédit immobilier
 
Lors de la souscription d’un prêt immobilier, l’établissement bancaire exige dans la plupart des cas de s’assurer. La banque se prémunit ainsi contre une éventuelle défaillance de la part de l’emprunteur.
Le contrat d’assurance emprunteur étant très important, il peut représenter jusqu’à un tiers du coût total du crédit. En effet, plus il y a de garanties souscrites, plus son coût augmente. Par ailleurs, l’âge et l’état de santé de l’emprunteur jouent aussi sur le tarif de l’assurance.
De plus, depuis le 1er janvier 2019, l’exonération sur la taxe sur la garantie décès a été supprimé et celle-ci est taxée à hauteur de 9%.
 
            Les seniors pénalisés par la hausse des tarifs de l’assurance emprunteur
 
Pour les seniors, la garantie Décès et Perte Totale et Irréversible d’Autonomie compte pour 100% de la prime totale alors qu’elle ne représente qu’entre 50 et 60% pour les actifs. En effet, un emprunteur considéré à risque voit son taux de cotisation augmenter.
La plupart des contrats arrêtant les garanties à 65 ans, les seniors se voient pénalisés dans la souscription de crédits. Or, afin de répondre à cette problématique, les délégations d’assurance ont adapté leur offre.