Rechercher un bien immobilier

Les taux immobiliers atteignent un record absolu

Mise en ligne le 06/06/2019 à 07:13

Les taux immobiliers atteignent un record absolu

C’est un nouveau record qui a été obtenu en mai : les taux crédits immobiliers ont atteint 1,29% en moyenne, enfonçant ainsi le plancher historique de 1,33% datant de novembre 2016.
 
            Une tendance à la baisse qui persiste
 
En mai, les taux immobiliers sont restés inférieurs à celui de l’inflation. Ils étaient quatre fois plus bas qu’au début des années 2000 et dix fois moins élevés que pendant les années 1990. On peut alors affirmer que les emprunteurs gagnent de l’argent en s’endettant. Du jamais vu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.
 
L’accession à la propriété reste toutefois une opération onéreuse, en raison notamment de la hausse des prix des logements et de la faible augmentation du pouvoir d’achat. Bien que ce dernier n’ait augmenté que de 0,5% entre janvier et mai 2019 selon Crédit Logement, les ménages ont tout de même contracté des prêts immobiliers. En effet, de janvier à mars, les encours ont augmenté de près de 6% chaque mois, franchissant ainsi le seuil des 1000 milliards d’euros.
 
Si la tendance se poursuit, ce n’est pas uniquement du fait de la politique monétaire menée par la Banque centrale européenne, mais aussi par la forte concurrence qui persiste entre les banques. Celles-ci tentent d’attirer un maximum de nouveaux clients afin de compenser la baisse de leurs marges par une augmentation du volume de prêts.
 
            Un allongement de la durée de prêt
 
Cette concurrence accrue amène les banques à devenir plus flexibles concernant la durée d’emprunt. Il est désormais possible de souscrire un prêt sur 30 ans, facilitant ainsi l’accession à la propriété aux ménages modestes et aux jeunes actifs. Cela a entraîné une allongée de la durée de 29 mois depuis 2014 toujours selon Crédit Logement.
 
La Banque centrale européenne se réunissant bientôt, tous les yeux sont rivées sur elle. En effet, elle pourrait relancer son programme d’achat de titres, ce qui freinerait automatiquement toute remontée des taux.