Rechercher un bien immobilier

Les prix de l’immobilier se maintiennent malgré la crise

Mise en ligne le 06/08/2020 à 17:03

Les prix de l’immobilier se maintiennent malgré la crise

Il semblerait que les prix de l’immobilier ne soient pour l’instant pas impactés par le contexte actuel. Toutefois, un potentiel bouleversement lié au chômage n’est pas à écarter dans les mois futurs.

En effet, Paris a connu une légère baisse de 0,2% de ses prix de l’immobilier au cours du mois de juillet. Cette tendance est cependant à nuancer car on observe tout de même une hausse des prix pour les petites surfaces et une baisse pour les grandes surfaces. Les ménages qui souhaitaient déménager pour une grande superficie à la rentrée ont repoussé leur ambition, à l’inverse les primo accédants et investisseurs concrétisent leur projet d’achat d’un appartement à Paris.

La sûreté de l’investissement immobilier dans la pierre et la demande locative maintiennent le pouvoir d’attraction de la capitale pour les petites surfaces. Ceci malgré la désertion des touristes liée au Covid et à la réglementation qui rendent difficile la location meublée ces derniers temps.

D’après l’enquête « Comment les Français envisagent leur projet immobilier après le confinement ? » menée par Le-Partenaire.fr  66% des particuliers ayant un projet immobilier avant le confinement ont décidé de le poursuivre une fois cette période passée. Par ailleurs, la moitié des ménages qui ne possédaient pas de projet immobilier envisagent maintenant d’en poursuivre un. La crise n’a donc majoritairement pas eu d’impact négatif sur les projets immobiliers mais a même eu l’effet inverse, avec des envies d’extérieur privé pour la majorité des cas (91,7%), de superficie plus grande (66,7%) et de distance avec la capitale (91,7%).

La forte demande soutient aujourd’hui le marché immobilier au sein des grandes villes mais elle risque de baisser fortement avec la montée du chômage et le durcissement des conditions d’octroi du crédit de la part des établissement bancaires. Par ailleurs, une seconde vague de pandémie n’est pas écarter et pourrait balayer le marché immobilier.