Particuliers | Professionnels

Investir résidences séniors : quelques précautions

Mise en ligne le 09/08/2017 à 10:01
Investir résidences séniors : quelques précautions

Investir dans une résidence services seniors peut conduire à une réduction d'impôt pouvant atteindre près de 4 000 euros par an. Vous pouvez investir avec le  dispositif Censi-Bouvard ou le dispositif Pinel.

Comme pour tout bien immobilier, ce type d'investissement impose d'être attentif à la qualité de l'emplacement, à proximité des transports et des commerces, ce qui implique de vérifier aussi sur place la qualité du cadre des prochains locataires. 

Il faut aussi être précautionneux quant au choix de l'exploitant, à la qualité de la construction et au prix du logement. Il est donc impératif de vérifier que celui-ci est en adéquation avec le prix des logements neufs du secteur, en appliquant une surcote d'environ 10 % pour tenir compte du niveau d'équipements et de services de la résidence sénior. 

Investir via le dispositif Censi-Bouvard permet d'acquérir un bien locatif meublé afin de le louer au moins neuf ans pour bénéficier d'une réduction d'impôt égale à 11 % du prix hors taxe, dans la limite de 300 000 euros, soit une réduction maximale de 33 000 euros (3 666 euros par an).  

Cet avantage fiscal est compris dans le plafond limité à 10 000 euros par an. Les loyers perçus sont imposés sous le régime micro-BIC jusqu'à 33 100 euros de revenus, avec un abattement forfaitaire de 50 %, ou sous le régime du bénéfice réel au-delà de ce montant, en déduisant ses frais et charges. 

Grâce au statut de loueur en meublé non professionnel et en signant un bail commercial avec l'exploitant, l'investisseur peut récupérer le montant de la TVA, soit 20 % sur le prix de revient (prix d'achat + frais annexes). A condition de conserver le bien durant vingt ans ou de le céder à un autre acquéreur qui poursuivra le bail. 

Investir en loi Pinel donne la possibilité de choisir la durée du dispositif avec 6,9 ou 12 ans de location pour une réduction d’impôt à hauteur de 12, 18 ou 21 % du prix du logement (plafonné à 300 000 €).

Les investisseurs s’engagent à louer le logement :

  • Pendant 6, 9 ou 12 ans selon la durée choisie
  • La location peut être conclue avec un ascendant ou descendant de l’investisseur
  • La location est non-meublée
  • Le bail de location doit être signé dans les 12 mois suivants l’acquisition
  • Le locataire doit faire du logement sa résidence principale