Rechercher un bien immobilier

Taux d’un rachat de crédits

Vous souhaitez avoir recours à un rachat de crédits pour rééquilibrer votre budget et alléger vos mensualités de prêts ? La principale motivation chez les emprunteurs pour cette solution financière n’est autre que la baisse du taux d’intérêt de crédit.

En réalisant une opération de rachat de crédits, vous regroupez vos différents prêts immobiliers, crédits consommation, découverts bancaires, en un seul prêt à un taux d’intérêt unique.

Pour autant, vous vous demandez comment est fixé le taux d’un rachat de crédit ? Le-Partenaire.fr vous donne les réponses.

1 Votre projet
2 Parlez-nous de vous

Statut logement propriétaire Montant de vos crédits consommation en cours :

Statut logement propriétaire Montant de vos crédits immobilier en cours :

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

De quoi est composé un taux d’intérêt ?

Lorsque vous empruntez une somme d’argent à un établissement financier, ce dernier vous prélève des intérêts, qui lui servent de rémunération pour sa solution de financement. Ces intérêts sont calculés en fonction d’un taux d’intérêt.

En fonction de la situation des emprunteurs, du montant emprunté et de la durée de remboursement, le taux d’intérêt d’un prêt peut varier, et parfois même du simple au double. On distingue deux types de taux d’intérêts à ne pas confondre :

  • Le taux nominal, qui sert à calculer les échéances de remboursement du prêt. Il est donc calculé en fonction du coût de refinancement interbancaire, sur la base des taux auxquels les banques se prêtent entre elles.
  • Le taux effectif global (TAEG), qui vous permet de calculer le coût total réel du crédit. Ce dernier est calculé en fonction du taux utilisé par la BCE pour le financement des établissements bancaires, auquel ils ajoutent une marge comprise entre 0,5% et 2 %.

Ainsi, pour un regroupement de crédits ou pour n’importe quel prêt, le taux d’intérêt est nominal et calculé sur la base du profil de l’emprunteur. Ainsi les banques prennent en compte votre situation professionnelle, vos capacités de remboursement et donc vos risques de défaut de paiement.